DES ORGANISATIONS AGRAIRES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ISSUES DE TOUS LES CONTINENTS DEMANDENT EN URGENCE L’ACCÉLÉRATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCENNIE DE L’AGRICULTURE FAMILIALE

1
  • Le CCM est composé d’organisations de l’agriculture familiale et de développement très représentatives de tous les continents. Il exhorte les gouvernements, les organismes internationaux et les autres acteurs du secteur à accélérer et étendre la mise en œuvre de la Décennie des Nations-Unies pour l’Agriculture familiale (DNUAF), en réponse à la crise du Covid-19.
  • Les réponses à la crise actuelle doivent s’adapter aux besoins les plus urgents des agricultrices et des agriculteurs familiaux, mais elles devraient également comporter des mesures à moyen et à long terme qui renforcent et soutiennent la durabilité des systèmes alimentaires locaux basés sur l’agriculture familiale.

30 juin 2020.- Lors d’une réunion extraordinaire, les membres du CCM (Comité de coordination mondial de la société civile pour la Décennie des Nations-Unies de l’Agriculture familiale) ont débattu début juin sur la situation à laquelle doit faire face l’agriculture familiale, dans le cadre du Covid-19, et sur la nécessité de consacrer les moyens et les ressources nécessaires (à court, moyen et long terme) afin d’améliorer la résilience, la durabilité et l’inclusion et de renforcer la fiabilité des systèmes agraires basés sur l’agriculture familiale.

Par conséquent, une déclaration conjointe a été remise à des organismes internationaux, notamment la FAO et le FIDA, aux gouvernements et aux autres parties intéressées. Le document insiste sur l’urgente nécessité de lancer la Décennie des Nations-Unies de l’Agriculture familiale (DNUAF), notamment à travers les Plans d’action nationaux et régionaux de la DNUAF, et d’assurer la participation des organisations de l’agriculture familiale, des Comités nationaux de l’Agriculture familiale et d’autres espaces de dialogue dans la construction des mesures en réponse au Covid-19.

Les agricultrices et agriculteurs familiaux -particulièrement exposés aux effets des pandémies- ont été affectés de manière significative par la crise du Covid-19. De ce fait, les énormes difficultés auxquelles devait déjà faire l’agriculture familiale se sont amplifiées à cause de la propagation de la pandémie, levant ainsi de sérieux obstacles à l’accès aux intrants, à la conservation des aliments ou à l’accès aux marchés, notamment.

Dans le même temps, les agricultrices et agriculteurs familiaux, leurs organisations et coopératives se sont retrouvés en première ligne dès le début de la crise. Ils ont développé des solutions alternatives afin de maintenir et/ou renforcer leur production et leur traitement, et ont proposé leurs produits frais de manière plus locale et directe aussi bien aux marchés ruraux de proximité qu’aux marchés urbains, tout en administrant les ressources naturelles de manière durable.

Par conséquent, compte tenu du lien incontestable existant entre l’alimentation et l’agriculture familiale, la crise du Covid-19 met en lumière le besoin urgent de consolider les systèmes et les moyens alimentaires locaux basés sur l’agriculture familiale.

Le CCM reconnaît que « la Décennie des Nations-Unies de l’Agriculture familiale (DNUAF) 2019-2028 constitue un instrument concret et consensuel de premier plan pour la définition de politiques intégrales de soutien à l’agriculture familiale, et offre un cadre de collaboration permettant de faciliter la mise en œuvre de ces politiques ».  

C’EST LE MOMENT D’ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DES PLANS D’ACTION NATIONAUX DE LA DÉCENNIE DE L’AGRICULTURE FAMILIALE

Il est nécessaire d’agir dans le présent et de créer les conditions adéquates pour assurer une agriculture familiale durable, viable et dotée d’une capacité de réponse face aux crises à venir.

C’est à ces fins que le CCM exhorte les gouvernements, les agences et institutions des Nations-Unies, les organismes internationaux et de coopération, le Comité directeur international de la Décennie, son secrétariat et les autres parties intéressées à établir et renforcer un dialogue en continu avec les organisations de l’agriculture familiale, los Comités nationaux de l’Agriculture familiale et les autres plateformes de dialogue politique pour la définition et la mise en œuvre de politiques et de plans, y compris les Plans d’action nationaux de la DNUAF.

Ces Plans doivent comporter des mesures et des actions à court, moyen et long terme, qui améliorent la résilience, la durabilité, l’inclusion et la viabilité de l’agriculture familiale. Ainsi, il serait possible d’atténuer les effets de la pandémie dans les systèmes alimentaires et dans les moyens de vie ruraux, tout en prévenant d’autres perturbations plus graves, générées par de futures crises potentielles, semblables à celle du Covid-19.

Il convient de rappeler que le Plan d’action global de la Décennie établit comme objectif le développement de 100 Plans nationaux de l’Agriculture familiale conçus par les gouvernements, en dialogue avec les organisations d’agriculteurs et agricultrices et/ou les Comités nationaux de l’Agriculture familiale, pour 2024. D’autre part, il prévoit également le développement de 5 Plans d’action régionaux et de 7 Plans d’action sous-régionaux sur l’Agriculture familiale.

La réponse à la crise actuelle constitue une occasion non négligeable de repenser les politiques agraires et de donner les moyens et les ressources, y compris les ressources économiques permettant d’assurer l’avenir de l’agriculture familiale. Et cela sera possible à travers l’engagement et le dialogue politique entre les divers acteurs.

 

Plus d’informations :